accueil
galerie
expos
sommaire
formations
copyright
liens
blog
kaou

Image flottante

Qui suis-je ?

ROYER Yvon
Bretagne, France
Mon Blog - Me contacter

Parcours personnel :

1957 : Naissance à St Malo.

1973 : Découverte de la photographie noir & blanc au lycée avec Yvan SALOMONE et Franck BRIAND.

1986 : Installation aux Grèves de Langueux.

Puis lent travail photographique dans la rubrique photo de famille et activité professionnelle de scaphandrier ; quelques belles photos au gré et au hasard des prises de vues sur terre et sous la mer.

1999 : Installation d'un labo noir & blanc comme on en voit dans les livres de John HEDGECOE (la nouvelle photographie - 1982) et découverte de la photographie numérique.

Autodidacte, je photographie mon environnement proche comme si je le découvrais à chaque fois, et réalise préférentiellement des séries en noir & blanc argentique.

Démarche photographique :

Au-delà des prises de vues au gré de mes envies et inspirations du moment, je recherche, avec peu de moyens, le rendu de la matière, des jeux d'ombres et de lumière qui créent une atmosphère particulière. Le travail de tirage à la chambre noire, essentiellement sur papier baryté, est aussi source d'inspiration et de créativité. Découvrir son film, travailler la lumière sous l'agrandisseur, il n'y a jamais deux photos identiques.

Cette brève complicité entre la prévoyance et le hasard selon la définition que le philosophe anglais John Stuart MILL donnait de la photographie me séduit depuis la prise de vue jusqu'à l'exposition en passant par le tirage.

En regardant chacune de mes photographies, je me demande quelles raisons peuvent justifier ce travail abouti. Masochisme, autosatisfaction ? Certainement pas. Tentative de faire le point ? Probablement, mais sur quoi ? C’est à chaque fois frustrant de ne pas tout comprendre, tout expliquer ces choix qui sont irréversibles.

Vouloir arrêter le temps sur un moment est une tentative trop improbable pour ne pas être vouée à l’échec - Jeanloup SIEFF. Pourtant, c’est bien du temps dont il s’agit, qui file entre les doigts, qui passe fugitivement devant nos yeux et qui ne sera plus jamais pareil. Ce témoignage objectif n’a de valeur que dans l’exploitation de la fugacité, l’image n’est qu’une mémoire de ce qu’on a vu et pas de ce qui est, nous renvoyant à des souvenirs incertains ; réalité transformée par celui qui l’a vécu et imaginé par celui qui la découvre.

Au moment d'exposer mes photographies, celles-ci ne sont plus que des scènes figées proposées à des regards inconnus qui vont les observer, les juger, les apprécier, les critiquer, peut-être parfois les aimer sans jamais savoir quelle partie du puzzle de mon processus de création elles représentent.

A cet instant où tout se dévoile, il est trop tard et je dois tout assumer. J’aurais pu en présenter d’autres et on aurait pu tout imaginer autrement. Je nous vois alors tel un observateur extérieur à ce qui se passe en ce moment et je voudrais, photographier cette scène. Arrêter le temps, montrer le monde non pas tel qu’il est mais tel qu’on aurait aimé le voir. Le réel est souvent douloureux, le Noir et Blanc est une manière de l’amortir. - Robert DOISNEAU. Autodidacte et, loin de prétendre créer une œuvre, je laisse juste une trace, matérialisée de petits cailloux blancs et noirs avec parfois une touche de couleurs.

Quand je fais une photographie, outre le désir de conserver une trace du moment vécu, je veux montrer ce que je vois, ce que je ressens comme d'autres le font à l'encre par l'écriture. Ecrire avec la lumière, c'est étymologiquement parlant le sens du mot photographie.


fin de page